Les remèdes les plus WTF contre la gueule de bois à travers le monde

Le monde entier (à quelques exceptions près) est tombé dans l’alcool quand il était tout petit. Depuis, il zigzague entre les techniques de récupération de foie… et de dignité. Toujours inventives, souvent bancales mais parfois efficaces, elles sont aussi nombreuses qu’il y a de pays sur Terre. Petit tour d’horizon du meilleur et du pire.

 

 

Afrique du Sud : la cervelle de mouton

La cuisine d’Afrique du Sud est un véritable melting pot, à l’image de sa culture. On y sirote du witblits parmi d’innombrables liqueurs artisanales, de l’umqombothi et autres bières locales, sans oublier les vins qui font la réputation du pays. Bref, de quoi se retourner la tête comme il se doit. Prévoyants, les locaux ont donc mis au point un remède traditionnel à base de cervelle de mouton. En même temps, c’est vrai qu’on évacue vite l’alcool quand on vomit.

hangover afrique du sud


Australie : le thé de fourmis vertes

Inspiré par Dame Nature, les peuples indigènes ont découvert qu’en faisant bouillir des abdomens de fourmis vertes, ils obtenaient une sorte de thé saveur citron vert (les fourmis sont connues pour avoir un goût acide) qui remettait rapidement les idées en place. Un remède qui s’applique aussi bien à la gueule de bois qu’au rhume ou au mal de tête.

Belgique : la salade de hareng

Miam ! Rien que le nom donne envie n’est-ce-pas ? En même temps au pays de la bière, il fallait trouver un champion pour concurrencer la gueule de bois. Côté recette, on part sur du hareng mariné, accompagné des ses petits oignons, poivrons, yaourt et paprika. Les toilettes sont par là ->.

Italie : le pénis de taureau séché

Au pays du vin, du Limoncello, du Martini et du Carpe Diem, on n’y va pas par quatre chemins pour soigner la gueule de bois. Déjà parce qu’ils mènent tous à Rome, et en plus la solution est toute trouvée : d’après une vieille croyance sicilienne, grignoter le pénis d’un taureau serait radicalement efficace. Détaché, du taureau, le pénis. On s’entend.

Mongolie : l’œil de mouton saumuré

Ils ont de drôles de coutumes culinaires en Mongolie… Remarque, ils diraient sûrement la même chose à l’inverse. Sauf que là, on se croirait presque dans une épreuve de confort de Koh Lanta. Recette anti-gueule de bois des Mongoles : un verre de jus de tomate et de vinaigre, dans lequel flotte un œil de mouton entier. A mon avis, il s’agit plutôt là d’une méthode préventive, n’allons pas se mentir.

Pologne : le jus de cornichon

On raconte qu’un jour, un homme en grosse gueule de oib’ s’est mis en tête de boire l’intégralité du contenu de son frigo. Jusque là, bon, on ne juge pas. Sauf qu’en tombant sur son pot de cornichons vide mais encore rempli de saumure, il n’a absolument pas remis en question son comportement. Une lampée de jus de cornichons plus tard, le revoilà droit dans ses bottes. Fou. L’histoire ne dit pas comment ce remède s’est popularisé, mais son efficacité serait très apprécié des polonais. A votre santé.

Irlande : l’ensablement

Voilà un remède qui ressemble plus à une punition qu’à un véritable remontant. Le mode d’emploi est simple : le lendemain d’un hangover, on s’enterre dans le sable jusqu’au cou, et on attend. Veillez quand même à avoir un compagnon sobre à portée de pelle pour vous déterrer une fois l’expérience terminée.

Hongrie : la fiente de moineaux à l’eau de vie

En Hongrie, quand on fait de la m***e le soir, on en remet une couche le lendemain. Déjà pas facile à avaler, la recette est encore plus complexe à préparer. Allez donc capturer un moineau (avec douceur s’il vous plait) et l’exhorter à déféquer dans votre verre. A moins de lui filer une peur bleue, l’intéressé s’y refusera sûrement. Autant se rabattre sur la technique des portoricains.

Plus de remèdes WTF en page 2


Porto Rico : du citron roulé sous les aisselles

On se croirait dans Le Père Noël est une ordure version repas de fête parti en sucette. Chez les Portoricains, on se frotte effectivement, non pas des doubitchous, mais un citron coupé sous les aisselles pour prévenir la gueule de bois. Les locaux assurent qu’avec ce procédé préventif, on combat la déshydratation, principale cause du hangover.

Estonie : les chaussettes imbibées de vodka

Le dicton « Soigner le mal par le mal » n’a jamais été aussi bien appliqué. En Estonie, quand on s’imbibe de vodka la veille, on impose le même régime à ses chaussettes le lendemain. Exactement, la technique consiste à tremper ses bas dans un mélange de vodka et d’eau chaude avant de les enfiler, puis de boire une bonne tasse de thé, dans le but de transpirercomme il faut et donc d’évacuer l’alcool.

Vietnam : du scotch sur le front

De toute façon, vous allez rester cloîtrer chez vous (et vous ne ressemblez déjà pas à grand chose) donc peu importe votre look j’ai envie de dire. Les vietnamiens l’ont bien compris, et privilégient le bien être au paraître. En collant du scotch sur leur front, ils activent des points d’acupuncture qui soulagent le mal de tête. A tester.

Haïti : le vaudou

Là on entre dans une toute autre catégorie… Pour les Haïtiens, il faut punir le coupable pour se délivrer du mal. Et le coupable dans une histoire de cuite, c’est bien sûr la bouteille (pas la personne qui l’a sifflée). La coutume prévoit donc d’enfoncer 13 aiguilles à tête noire dans le bouchon de celle-ci. A Haïti, on évite donc les capsules et canettes.

Brunei : l’abstinence

Un peu radical, mais diablement efficace. Et pour le coup, les scientifiques ont donné leur validation.

Source

Aimez notre page Facebook SVP

Share via